C’est la nouvelle de la semaine, celle qui fait frémir même si on nous soutient qu’elle ne change pas vraiment la donne (et c’est peut-être le plus inquiétant) : Facebook modifie une fois de plus les paramètres de confidentialité, cette fois en supprimant carrément un paramètre. La disparition de l’option est annoncée pour les prochains jours : bientôt, on pourra vous trouver grâce à votre nom, que vous le vouliez ou non.

Jusqu’à maintenant, ceux qui souhaitaient utiliser Facebook de façon plus ou moins confidentielle, ceux qui ne voulaient pas qu’on s’insinue dans leur vie privée uniquement parce qu’on connaissait leur nom,  ceux-là vont déchanter. Un petit message en haut du fil d’actualités, un autre envoyé par mail, histoire de pouvoir nous dire « on vous avait prévenus », avec une explication de Facebook :

Lorsque nous avons créé ce paramètre, la recherche de votre nom était le seul moyen de vous trouver sur Facebook. Les utilisateurs peuvent désormais atteindre votre journal par d’autres moyens : par exemple, si un ami ou une amie vous identifie sur une photo qui renvoie à votre journal, ou si des utilisateurs effectuent des recherches sur des phrases du type « Les fans des Beatles » ou « Les gens qui habitent Bordeaux » dans la recherche dans le graphe.

Et là, on dirait bien que la stratégie Facebook se dévoile peu à peu, comme si tout était prévu de longue date… Depuis des années qu’on nous enjoint à aimer des pages, maintenant nos goûts nous trahissent et suffisent à nous trouver. Le search graph était déjà suffisamment critiqué quant à la confidentialité des utilisateurs (ou comment transformer Facebook en site de rencontres pour chasseurs organisés), désormais il est brandi comme l’excuse qui justifie de nous priver d’un paramètre de confidentialité

Et oui : vous êtes sur Facebook, plus rien n’empêchera de vous retrouver. Rien. Vous ne pourrez plus vous cacher. Même si, pour le moment, on en fera « que » vous trouver sans accéder à vos contenus (si vous avez bien paramétré votre compte). Les « djeuns » l’ont bien compris, désertant peu à peu Facebook pour d’autres réseaux qui, aujourd’hui, ne jouent pas avec la vie privée de leurs membres.

/

It is this week’s big news, the one that scares you even though we are said it won’t really change things (isn’t that the scariest part?): Facebook changes yet again its privacy settings, this time by « simply » suppressing a parameter. The option should disappear over the next few days: soon, we’ll be able to find you only with your name, whether you want it or not.

Until now, those who wanted to use Facebook in a semi-private way, those who didn’t want you to enter their life only because you knew their name, those people are going to get unhappy. A little message on top of yuor news feed, another one sent to your email address, to be ale to say « we told you it would happen », with an explanation from Facebook:

The feature was created when the social network was simply a directory of profiles. Now, though, this privacy setting has become more confusing than helpful—particularly in the wake of the introduction of Graph Search, which lets users search for each other and for status updates, and open groups that show profile pictures and images to anyone in the group. (this is a gross translation as I have received the email in French)

Now it seems like Facebook’s whole strategy unveils, like it has been prepared long ago… For years, we have been encouraged to like pages, now our likes betray us and are sufficient to find us. Graph serach has been openly criticized because of the lack of privacy it lead to (or how to transform Facebook in a dating website for organized « love » hunters), it is now presented as an excuse justifying the suppression of a privacy setting….

So yes: you are on Facebook and nothing prevents you from being found. Nothing. You won’t be able to hide anymore. Even though, for now, you can still control who has access to your timeline contents (at least, if you have set your privacy settings correctly). Younger people have understood this and now tend to switch to other social networks that don’t gamble with their members’ privacy.

 

 

Creative Slashers

Author Creative Slashers

More posts by Creative Slashers

Leave a Reply

quatre + trois =